Bericht über die neue Stelle eines Alumnus – Benoît MICHEL (MEGA 9)

Pourriez-vous nous dire quand avez-vous changé de poste et ce que vous faites aujourd’hui ?

En janvier 2021 j’ai rejoint la Direction Générale des Entreprises, direction du Ministère de l’Economie des Finances et de la Relance en charge du développement des entreprises. Je suis actuellement chef de projets au sein du Service de l’Economie Numérique. Je travaille dans une équipe de sept personnes sur les projets liés au développement de la filière électronique.

Et plus précisément, en quoi consistent vos missions ?

Effectivement, le terme de chef de projets n’est pas très indicatif des missions que l’on peut réaliser et qui sont par ailleurs variées. En l’occurrence il est plutôt bien adapté à mon activité principale, puisque je participe à la mise en place au niveau français d’un Projet Important d’Intérêt Européen Commun (PIIEC) dédié à l’électronique. Il s’agit notamment de préparer les dossiers destinés à l’évaluation par la Commission Européenne, d’accompagner les entreprises participantes, de participer à la construction du projet avec les autres Etats-Membres participants, notamment l’Allemagne qui est le coordinateur du projet au niveau européen. C’est un processus assez long qui a débuté fin 2020 et qui va se poursuivre sur plusieurs années.

Dans quelle mesure être diplômé du MEGA vous est utile au quotidien ?

En premier lieu, sans le MEGA je n’aurais sans doute pas eu l’idée de candidater sur mon poste actuel. Ensuite la formation s’est avérée bien utile pour comprendre le fonctionnement des administrations avec lesquelles je travaille et les relations qu’elles entretiennent, notamment du BMWi où travaillent nos homologues allemands impliqués dans le PIIEC électronique et avec qui nous sommes très régulièrement en contact. Sans doute que chacun aura une réponse un peu différente à cette question mais, me concernant, les enseignements du MEGA ont constitué un « catalyseur » efficace pour intégrer mes nouvelles fonctions.

En parlant d’enseignements, pensez-vous que certains sujets ont manqué dans le contenu de la formation ?

Compte-tenu du volume d’informations à aborder en peu de temps, il serait difficile d’ajouter encore beaucoup de contenu à la formation. Dans le cas précis de mon poste actuel et de mon parcours personnel, c’est la connaissance générale des règles qui encadrent les aides d’Etat qui m’a fait défaut au début. C’est un sujet très actuel, lié au contexte de la crise car les politiques de relance sont soumises à l’approbation de la Commission Européenne et encadrées par des traités ou règlements européens. L’expérience du MEGA m’a en tout cas servi à me familiariser avec le sujet de façon autonome, comme cela a été le cas durant la formation.